10
Août
2017
1

A la découverte des grands espaces chiliens

Après un bus de nuit jusqu’à Tacna, la frontière entre le Pérou et le Chili, nous prenons un Taxi jusqu’à Arica, notre première escale au Chili où nous passerons la nuit dans un petit hôtel très sympathique. Les villes de la côte sont très construites et pas très agréable mais nous n’avons pas l’intention de nous attarder. Nous partons dès le lendemain pour une excursion de 4 jours pour faire nos premiers pas dans l’Altiplano.

Nous retrouvons Manuel à notre hôtel, qui sera notre guide pour les 4 prochains jours. Il est préférable de partir avec un guide car nous partons en pleine nature hors des sentiers battus où nous allons atteindre des altitudes élevées jusqu’à 5000m où l’oxygène se fait rare. Son pick-up blanc est donc équipé d’un téléphone satellite, de jerricanes d’essence, d’une pelle en cas d’enlisement, d’eau potable, des bonbonnes d’oxygène et des sacs remplis de feuilles de coca qui soignent le mal de l’altitude.

La première journée, nous commençons par assister à une compétition de surf sur un spot réputé et apparemment dangereux. Les surfeurs ne doivent pas rester trop longtemps dans la vague pour éviter de se fracasser contre les rochers mais ça ne les empêche pas d’enchaîner les tubes !

Nous poursuivons ensuite notre route vers un marché aux fruits où viennent s’approvisionner les locaux. Les prix sont incroyables et les fruits excellent (1€ le kilo d’avocats). Nous visitons ensuite un impressionnant musée où nous pouvons apercevoir des momies très anciennes. A la sortie, nous avons la chance d’apercevoir de minuscules colibris en train de butiner.

Nous continuons notre route et prenons petit à petit de l’altitude. Au Chili, la végétation est très différente selon l’altitude. Entre 3000 et 3400 m d’altitude, le paysage devient très aride et les premiers cactus font leur apparition. Ces cactus candélabres qui datent de plus d’un siècle poussent dans les canyons qui se trouvent à cette altitude.

Nous continuons la balade dans un beau petit village où les habitants cultivent de l’origan et où les colibris jouent dans les fleurs. Nous finissons la journée dans un jacuzzi avec de l’eau naturellement chaude qui sort de la terre et d’un diner dans une très bonne auberge à Putre.

 

Il fait très froid ce matin car nous sommes à 3400m d’altitude. Nous avons du mal à sortir du lit mais heureusement nous ne souffrons pas trop de l’altitude.

Nous reprenons la route pour atteindre le lac Chungara qui se trouve à une altitude de 4517 m et qui est le lac le plus élevé du monde (le lac Titicaca étant le « lac navigable » le plus élevé au monde).

Malheureusement la route sinueuse qui passe entre les volcans est très dangereuse et les camions qui viennent de Bolivie sont régulièrement victime d’accidents mortels. Nous redoublons de prudence et arrivons enfin dans le Parc National de Lauca. Nous sommes ébahis par la beauté du paysage, la flore et la faune qui se trouvent autour de nous et qui est typique de l’Amérique latine.

Les volcans qui dépassent tous les 6000 m d’altitude se reflètent dans le lac Chungara rempli d’oiseaux et nous nous arrêtons pour profiter de la vue sur la lagune de Cotacotani.

On découvre à l’occasion d’une marche les viscachas, un animal typique de l’Altiplano qui ressemble à un lapin avec une queue d’écureuil. Ces derniers se réchauffent au soleil et cours dans la mousse, on essaie de se rapproche pour avoir leur frimousse en photo.

Sur la route, nous visitons le petit village isolé de Parinacota avec sa petite église qui n’est plus habité que par un ou deux bergers.

Manuel décide ensuite de sortir des sentiers battus et nous emmène à un incroyable point de vue, à 4900m d’altitude, rien que ça ! On n’en revient pas de monter à l’altitude du Mont Blanc avec une voiture !! En redescendant, on a la chance de pouvoir observer nos premières vigognes, de nombreux lamas de toutes les couleurs et des alpagas adorables qui viennent même nous dire bonjour. On en profite pour prendre quelques selfies avec eux !

 

Au cours de la troisième journée, nous traversons le parc national de Vicunas où nous croisons pleins d’animaux pour rejoindre le Salar de Surire réputé pour abriter une colonie impressionnante de flamants roses car il s’agit d’un lieu de nidification.

Il existe 3 sortes de flamants roses qui sont difficiles à distinguer. Leur vol est gracieux au-dessus de ces étendues de sel. Nous avons une nouvelle fois le souffle coupé par la beauté du paysage et par cette étendue blanche. Cependant, on est attristé de voir des dizaines de camions qui se suivent et viennent au milieu du Salar pour y prélever des tonnes de sel. Nous faisons une balade sur les bords du salar pour tenter d’approcher les flamants roses mais sans succès car ils sont trop craintifs.

Manuel nous emmène chez une de ses connaissances où nous avons la chance de pouvoir nourrir des viscachas à la main et même de toucher leur pelage épais. Ils sont tellement mignons !

Nous finirons la journée en prenant un bain en plein milieu de l’Altiplano avec une vue sur le salar, les vigognes et les volcans. L’eau est à 38°C alors qu’il fait 5°C à l’extérieur, ça fait un bien fou !

 

Sur la route du retour, nous retrouvons les canyons ainsi que les cactus si typiques de la région avant de rejoindre tranquillement la côte et la ville d’Iquique, notre destination finale.

Nous nous arrêtons à Humberstone, ancienne exploitation de salpêtre qui était une véritable petite ville à son apogée…

Aujourd’hui, Humberstone est devenue une ville fantôme après l’arrêt brutal de l’exploitation.

Nous arrivons enfin à Iquique où nous rejoignons le terminal de bus car nous prenons la route le soir même pour San Pedro de Atacama ! Nous remercions infiniment Manuel qui nous a emmené dans des espaces uniques pendant 4 jours inoubliables.

 

Nous arrivons à San Pedro de Atacama en plein désert où nous sommes tout de suite séduits par l’ambiance qui règne. La ville attire les baroudeurs de tous les pays du monde car c’est le point de départ pour de nombreuses excursions dans l’altiplano et le désert d’Atacama. Nous décidons de rester 4 jours pour avoir le temps de voir un maximum de choses.

Après une matinée au calme, nous visitons le Salar de Atacama où nous prenons un bain dans un trou naturel d’eau salée où nous flottons complètement comme dans la mer morte. Nous finissons la journée en prenant un petit apéro devant un sublime coucher du soleil sur une des lagunes.

Le soir on décide de s’offrir un bon resto pour goûter un bon vin chilien avec des spécialités de la région.

 

Le lendemain, nous empruntons une route droite à travers l’Altiplano qui coupe le tropique du Capricorne. On immortalise ce moment assez sympathique qui n’arrive pas tous les jours !

Nous continuons à prendre de l’altitude, la température chute et la neige fait son apparition. Ce n’est pas très courant dans la région en cette période mais on apprend qu’il a énormément neigé le mois d’avant. La guide nous explique donc que ce n’est pas courant de voir ces paysages sous la neige ! Nous rejoignons las Piedras Rojas avec ses pierres rouges qui dominent une lagune gelée.  On en prend vraiment pleins les yeux !

 

Aujourd’hui, grosse journée en prévision car nous partons aux aurores pour découvrir les geysers del Tatio qui se trouvent à une altitude de 4280 m. On nous a prévenu que la température aux geysers était de -15°C, on se couvre donc en conséquence en superposant tous nos vêtements chauds mais cela ne suffira pas ! En arrivant sur les lieux, les vitres se mettent à geler d’un seul coup, comme si des « détraqueurs » étaient dans les parages. C’est sûr, on n’a jamais eu aussi froid !!

On se retrouve au milieu de geysers qui fument et de trous remplis d’eau ou de boue en ébullition. Ça contraste avec la neige des montagnes. Certains courageux profitent des piscines d’eau chaude pour se baigner mais vu la température extérieure, nous passons notre tour et décidons de garder nos manteaux, nos bonnets et nos gants.

L’après-midi, nous rejoignons la vallée de la mort et la Vallée de la Luna, un des lieux les plus visités de la région. Cet endroit porte bien son nom car le sol est formé de canyons, de crêtes pointues, de ravins et des monticules de couleurs gris et ocre qui lui donnent une apparence qui ressemble à la Lune. On se balade un instant sur la crête des dunes jusqu’au coucher du soleil. Quel moment magique !

Le chili et plus particulièrement le désert de San Pedro de Atacama est réputé pour avoir les plus beaux ciels du monde. Les plus gros observatoires sont donc installés dans la région. Nous décidons le soir d’aller observer les étoiles chez un astronome français qui s’est installé à l’extérieur de la ville. Chez lui, on ne perçoit plus les lumières de la ville et dans le noir on peut admirer la voie lactée comme nul part ailleurs. J’arrive même à prendre quelques photos du ciel ! On aura également l’occasion de voir certaines planètes, les anneaux de saturne et des nébuleuses dans les quelques télescopes installer dans son jardin.

 

On termine notre séjour chilien en beauté avec la découverte du Salar de Tara qui se trouve près de la frontière de l’Argentine et de la Bolivie.

Pour rejoindre le salar, nous sommes obligés de quitter la route et de partir en plein désert. En chemin, on aura la chance d’apercevoir des nandous (autruches de l’Altiplano), des renards des neiges et des vigognes. Le paysage est très varié, on alterne entre des régions arides et rocailleuse, des landes marécageuses jusqu’à notre arrivée au salar. Les couleurs sont incroyables et le rouge des roches contraste avec le vert des algues, le bleu de la lagune et le jaune de l’herbe sèche ! Pour profiter au maximum de cette vue spectaculaire, le guide nous propose de déjeuner sur place, et nous prépare de délicieux empanadas.

 

Tous ces moments passés dans les grands espaces chiliens, les volcans, les animaux sauvages, le ciel étoilé et les nombreuses lagunes resteront gravés dans nos mémoires. Le Chili fait maintenant parti de nos pays coup de cœur !

Demain, nous franchirons la frontière et nous partons à bord d’un 4X4 pour la Bolivie à la découverte du Sud Lipez et du réputé Salar d’Uyuni. Suite de notre expédition dans le prochain article !

 

1 Comentaire

Laisser un commentaire

5 + 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.